Quel été!

Projetez-vous au beau milieu des années 80, pré-ado, presqu’île de Giens, c’est l’été et vos parents viennent de garer la caravane familiale au camping des Cigales. Après votre première journée glande et baignade, relaxés, brunis, vous vous apprêtez à vivre votre première soirée au Dancing Club De La Plage! Revêtus de votre plus beau tee-shirt fluo, vous débarquez seul au milieu d’une foule déjà bien ambiancée, et vous tiltez direct sur la playlist de Popeye. L’animateur et disc jockey incontournable de la presqu’île a le bon goût d’enchaîner des morceaux assez Blue Monday, Master And Servant, Let’s Go To Bed, Planet Claire ou encore Don’t Go!

Autant de morceaux que vous n’aviez jamais entendus auparavant: une révélation. Vous décidez alors de passer chaque soirée sur la plage et découvrez une avalanche de nouvelles pépites ensorcelantes: One Step Beyond, Just Can’t Get Enough, The Lovecats, Fade To Grey, Come On Eilen, Gangsters, etc. Vous ne connaissez aucun artiste mais n’osez jamais aller emmerder Popeye pour lui demander des infos. Ah si vous aviez eu Shazam! Un titre revient plus souvent que les autres et déclenche systématiquement un moment d’euphorie: Tainted Love. C’est seulement quelques années plus tard, au détour d’une soirée chez des amis, que vous retombez sur ce fameux Tainted Love par pur hasard. Vous découvrez enfin l’identité du groupe Softcell et de son interprète Marc Almond.

Voilà c’est un peu comme ça que notre passion pour Marc est née il y a plus de 30 ans! Quelle émotion de savoir que nous allons le retrouver sur la scène du Trianon à Paris, plus de 20 ans après son dernier passage dans la capitale de son propre aveu.

Premiere partie franco-suédoise

La première partie s’ouvre sur Cosmo Sonic, un groupe électro avec à sa tête la ravissante Izzy Lindqwister, ex-Rodeo Massacre et suédoise d’origine. Poisse, le groupe s’est fait volé son synthé l’après-midi même du concert dans la rue devant la salle. Un sale coup qui a un peu déstabilisé la chanteuse, qui fournit malgré tout une prestation enjouée qui a le mérite de mettre le public dans l’ambiance, certains n’hésitant pas a se trémousser sans retenue.

 

 Standin’ in the door of the Trianon

 

Ce qui nous surprend immédiatement quand Marc Almond fait son entrée, c’est son physique. Il n’a pas bougé d’un iota. C’est vraiment incroyable de découvrir l’artiste face à nous, en toute simplicité et d’être instantanément replongé dans notre adolescence dès qu’il commence à interpréter le morceau d’ouverture. Certes il est venu accompagné de choristes et de nombreux musiciens (accordéoniste, violoniste, violoncelliste, contrebassiste, etc.), mais on entend très distinctement sa voix et elle est intacte.

Outre un faux départ amusant sur le 4e morceau, qui nous vaudra une déclaration malicieuse de Marc: “Just pretend this did not happen”, témoignage d’un peu de stress, le set est parfaitement maîtrisé et nous enivre de sons pop et jazzy. Le set se clôture avec le célèbre Say Hello Wave Goodbye, et c’est désormais nous qui avons la larme à l’œil…

Découvrez ci-dessous une vidéo de l’inédit A Kind Of Love issu du l’album best of de Marc Almond paru en 2017 Hits And Pieces. Un clip signé Tim Pope, réalisateur des célèbres vidéos de The Cure des années 80…

 

Music Photo Lab vous propose une petite sélection exclusive de photos de son unique concert en France prévu pour le moment cette année.

Suivez Marc Almond sur sa page Facebook https://www.facebook.com/MarcAlmondOfficial/

 

 

 

William Soragna

Remerciements Marine @ La Mission, Xavier @ Voulez Vous Danser