13 novembre 2015.
Désarroi, colère, peur, tristesse. Voici la palette de sentiments qui nous traversent tour a tour chaque jour depuis ce fatidique 13 novembre. Nous souhaitions rendre hommage aux victimes, à leur famille et leurs proches. Parmi elles, Thomas Duperron et Isabelle Merlin. Quand la fusillade a commencé dans la salle du Bataclan, nous étions en train de célébrer une nouvelle édition du Festival Les Inrocks à la Cigale, qui nous a depuis semblé tellement dérisoire. Après plus de deux mois à osciller entre peine et léger mieux, nous nous sommes décidés à revenir sur cette soirée du 13 novembre 2015 telle que nous l’avons vécue.

_DSC7593Grosse phase de joie.
Retrouver le groupe déjanté Bo Ningen que nous n’avions pas revu depuis quelques années était une bonne surprise. Les japonais n’ont rien perdu de leur folie sur scène. Le set semble durer assez longtemps même s’il n’est constitué que de quatre morceaux distincts. En tout cas, c’est ce que nous avons pu distinguer tellement chaque titre ne semblait jamais s’achever. Le son est particulièrement puissant et gare à celui qui a oublié ses bouchons de protection. Rock psychédélique, danses chaotiques, les longs cheveux des quatre musiciens rendent leur prestation très graphique. Le set a débuté très tôt, et le public est encore clairsemé pendant ce concert, ce qui n’a pas empêcher Bo Ningen de se livrer sans retenue, réellement habités par leur musique.

_DSC8168Enchainement en douceur.
C’est le retour d’une jolie chanteuse que nous avions déjà croisé à RES cet été qui prend le relais des japonais sur la scène de La Cigale. Nous n’avions pas gardé un souvenir impérissable du concert de Wolf Alice que nous avions suivi que très partiellement en août dernier, et nous n’attendions par conséquent pas grand chose de leur prestation ce soir. Pourtant, après avoir reconnu leur single Bros, nous avons commencé à nous laisser séduire par leur prestation. Les londoniens livrent un excellent concert tout en énergie, qui a ravi toutes les personnes du public sans exception. Au delà de l’esthétique et des sourires de la chanteuse, force est de constater que nous sommes en face d’un très bon groupe rock qui nous a très favorablement surpris.

_DSC8318Découverte.
Nous croisons la route de The Districts pour la première fois. Un groupe rock typiquement américain avec chanteur qui saute en l’air à chaque fois qu’il décoche un nouvel accord sur sa gratte. Les lumières sont comme toujours assez faibles à La Cigale, et rendent la prestation assez fade. Nous n’apercevons jamais les autres membres du groupes qui demeurent perdus dans l’obscurité, tandis que le chanteur lui est perdu parmi les fumigènes. Honnêtement le groupe ne nous a pas franchement convaincu de prime abord. Au fil du concert, le leader est de plus en plus généreux, hurlant et sautant toujours plus haut, du coup la sauce finit par prendre avec les spectateurs présents.

_DSC8507Première rencontre avec Fat White Family.
Nous avions beaucoup entendu parler de Fat White Family depuis un an ou deux déjà. Le groupe anglais n’en est en effet pas à son premier passage dans la capitale. Pour nous, en revanche, il s’agit d’une première et nous ne savons pas trop à quoi nous attendre.
Le groupe est composé de six membres, dont Lias Saudi, le leader, qui se promène avec le micro en main sur toute la scène. Avec le manque d’éclairage, on ne devine quasiment que sa silhouette atypique. Un logo tête de porc est projeté sur le fond de la scène, et renvoie vers la couverture de l’album du groupe intitulé Champagne Holocaust. Toujours au plus près du public, une bouteille d’alcool à la main (gin?), nous percevons bien le côté déjanté et transgressif de la prestation, sans vraiment comprendre ce qui se passe sur le plan de la musique.

C’est à ce moment là que des personnes autour de nous commencent à recevoir des informations en provenance du Bataclan. Il est un peu plus de 22h. Nous nous déconnectons instantanément de ce qui est en train de se passer sur scène, et prenons la décision de quitter les lieux au plus vite.

William Soragna